les incivilités

Las des incivilités quotidiennes, des dégradations systématiques, de la violence des jeunes à leur égard, 150 gardiens d’immeuble de Seine-Saint-Denis ont manifesté devant la préfecture à Bobigny.

A  l’issue de ce rassemblement, la préfecture, qui a reçu une délégation a annoncé l’extension des Uteq , les unités territoriales de quartier déjà présentes au Franc-Moisin à Saint-Denis, aux 4 000 à La Courneuve et à Clichy-Montfermeil , au quartier des Poètes à Pierrefitte.

Les témoignages des gardiens sont accablants. « On ne peut plus faire notre travail correctement. Le matin, ça va. Mais l’après-midi, dès qu’ils sont réveillés , cela devient infernal. Ils boivent et ils fument dans les halls, ils jettent leurs papiers par terre. C’est la provocation permanente » , témoigne Daniel.

Dans les cités la loi du silence est de règle. « Evidemment, on est au courant de tout, des trafics, des viols…Mais on ne peut rien dire sous peine de représailles. Alors on fait un rapport et on se tait » confie une gardienne. Devant la préfecture, un autre gardien, sous couvert d’anonymat, peste : « Il n’y a pas de solution. Si l’on recourt à la police, c’est encore pire. On nous traite de balances et les agresseurs se vengent. »

Mais la situation va changer assure le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-François Herdhuin: «Nous allons réunir les gardiens pour les sensibiliser et assurer leur protection juridique. Il y aura de la prévention, mais aussi de la répression. Nous sommes très déterminés à viser les délinquants.»

Les jeunes savent désormais à quoi s’en tenir …

Le Parisien , 20 minutes

5 votes. Moyenne 2.40 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site